ENTER YOUR KEYWORDS

Après un rapide passage à la frontière nous entrons dans le 10ème pays de notre tour du monde : la Bolivie. Le trajet se passe bien malgré l’altitude et les feuilles de coca nous permettent de nous acclimater plus en douceur. Nous arrivons enfin dans la première ville de notre périple bolivien : Uyuni.

Uyuni

La ville en elle-même n’est pas très belle, mais ce n’est pas ce qui nous attire par ici. Nous venons en effet pour le Salar d’Uyuni, un désert de sel, connu notamment pour être le plus grand du monde. Tout juste 11 000km² de sel d’un blanc étincelant, de lagunes et de petits îlots de cactus. Nous faisons rapidement le tour des agences pour comparer les services et les tarifs et une fois d’accord sur un programme de 3 jours nous partons nous reposer jusqu’au lendemain pour le départ.

Le Salar se visite en 4×4 car certaines zones sont très compliquées d’accès, nous croisons d’ailleurs pas mal de guides en train de changer des pneus crevés. Heureusement pour nous et la famille belge qui nous accompagne, nous n’aurons pas de problèmes mécaniques.

La journée commence par l’habituel arrêt touristique dans le cimetière des trains et le village « artisanal ». Cet arrêt n’apporte pas grand-chose mais permet de faire vivre des commerçants alors nous prenons notre mal en patience. L’arrêt suivant nous conduit au cœur de ce désert de sel, pile devant une grande statue (de sel) réalisée à l’occasion du Paris-Dakar 2015. Cette immensité blanche s’étend à perte de vue, c’est très impressionnant. Après quelques photos nous observons les autres touristes faire des clichés et des vidéos de plus en plus élaborées… le « making of» est très divertissant car certains ont beaucoup d’imagination. La lumière du jour diminuant, nous partons pour le fameux miroir d’eau. C’est un lieu réellement magique à cette heure-ci car lorsque l’on cesse de faire des vaguelettes sur l’eau, la réflexion du paysage est parfaite. Par endroit il est quasiment impossible de déterminer où s’arrête la terre et où commence le ciel. C’est pour nous un autre magnifique coucher de soleil dans ce paysage mythique.

Le lendemain nous repartons en 4×4 vers le sud et nous faisons différents arrêts pour voir quelques unes des plus belles lagunes de cette région. La plus exceptionnelle est celle que nous atteignons le soir, c’est la Laguna Colorada. Elle est immense, elle est toute rouge du fait qu’elle est peuplée de milliards de micro-organismes chargés en pigments tels que les anthocyanes et caroténoïdes. Elle est remplie de milliers de flamands roses. L’arrêt est court avant de repartir pour le gîte mais nous profitons de chaque secondes car le lieu est enchanteur. Après cette journée bien remplie nous sommes bien contents d’avoir fait copain/copain avec Jackson (notre guide) car nous sommes les seuls à bénéficier d’une chambre privée quand tous les autres sont en dortoirs. L’avantage ne nous a pas vraiment servi car le réveil est à 4h du matin et à 4000m d’altitude nous n’avons pas vraiment réussi à dormir.

Nous démarrons donc ce 3ème jour par un arrêt aux geysers de fumée. C’est amusant, ça réchauffe mais c’est aussi l’affluence car toutes les agences emmènent les touristes ici. Bref ce n’est pas franchement exceptionnel. La suite est beaucoup plus amusante car nous pouvons observer le lever de soleil dans des bains thermaux naturels. L’eau est suffisamment chaude donc c’est une très agréable façon de clôturer ces quelques jours dans la région d’Uyuni.

Nous reprenons ensuite la route vers le nord en direction de la ville de Sucre.

Sucre

Après plusieurs semaines très intenses nous décidons de nous reposer quelques jours à Sucre. En effet, nous avons enchainé les activités et les trajets depuis la fin du Cambodge donc la fatigue se fait sentir. En plus voyager avec mes parents n’est pas vraiment de tout repos même si ce n’était que quelques jours en Argentine et au Chili.

La ville de Sucre est parfaite pour se reposer, la vie y est très douce, les gens sont sympas et il y a beaucoup d’hôtels très agréables. Le nôtre avait un magnifique jardin fourni en chats, colibris et tables de jardin. Le marché du centre-ville est très beau et les fruits et légumes sont bons et pas chers. Nous avons profité de cette semaine pour nous gaver de salades d’avocats et de jus de fruits.

Mais le temps passe vite dans ce genre d’endroit et on arrive de nouveau au moment de faire nos sacs pour repartir sur la route. Cette semaine nous aura tout de même permis de recharger nos batteries et même si la ville ne propose pas beaucoup d’activités, la vie y est tellement agréable que nous l’avons vraiment appréciée.

Cochabamba et le parc de Torotoro

Nous arrivons ensuite de nuit dans la ville de Cochabamba qui n’a vraiment pas l’air extraordinaire. Après quelques heures de repos, nous décidons de lui donner une chance et nous partons voir le marché central. Sur le chemin une dame nous interpelle en nous disant de porter notre sac à dos sur le ventre et de ne rien garder dans nos poches car il y aurait des voleurs un peu partout… quelle ambiance. Après le marché nous partons voir l’autre attraction de la ville, la statue du Christ sur une colline qui domine la ville. Il y a 2 options pour y monter : à pied ou en funiculaire. Nous nous décidons pour le funiculaire après avoir lu de nombreux articles racontant que des touristes se sont faits violemment détroussés sur le sentier. De plus, les nombreux panneaux avertissant des risques d’agressions ont fini de nous convaincre. Nous arrivons donc devant cette immense statue, « el Cristo de la Concordia » qui se trouve être la deuxième plus grande image au monde avec ses 34m de hauteur. Elle est légèrement plus petite que le « Christ Roi » de Pologne (36m) et légèrement plus grande que le « Christ Rédempteur » de Rio de Janeiro (30m). La vue sur la ville de Cochabamba est aussi très spectaculaire.

Assez contents de ne pas avoir croisé la route de voleurs de touristes, nous repartons cette fois pour le parc de Torotoro situé à 5h de la ville en mini-van. La route est éprouvante car il s’agit à 99% de pistes composées à 99% de cailloux et de trous. Nous arrivons enfin au village et trouvons rapidement un hôtel au même endroit que 2 amis néerlandais rencontrés sur la route. Comme nous sommes super motivés, nous décidons de partir tous les 4 pour une randonnée dans un canyon proche. La randonnée est plaisante et plutôt facile et nous conduit au bord du précipice à 250m de hauteur sur un pont au-dessus du vide, la vue est littéralement vertigineuse. Nous sommes jeunes et en forme donc la ballade est facile, jusqu’au moment de remonter les 200m de marches du canyon. Je finis par y arriver en frôlant la crise cardiaque et en réprimant mon envie d’assassiner le guide qui lui s’amuse à courir loin devant nous. La randonnée se termine sur le site d’observations des empreintes de dinosaures. Nous avons beaucoup aimé ce moment car il fait ressortir l’enfant en nous qui devient complètement gaga de réaliser qu’il marche dans les pas de ces géants quelques 100 millions d’années plus tard. Ce lieu est très riche pour la paléontologie car on y trouve de nombreuses traces de diplodocus, brachiosaures, vélociraptors et même tyrannosaures.

Le lendemain, jour de mon anniversaire, nous décidons de repartir en équipe de 4 pour une folle journée de randonnée et spéléologie. Nous nous promenons dans les rocheuses qui dominent la vallée. Il faut parfois escalader, se contorsionner et toujours marcher pour suivre le rythme de notre guide. Mais comme nous nous amusons beaucoup nous ne sentons pas la fatigue. Nous arrivons finalement au moment de la spéléologie, qui est une activité nouvelle pour Pierre et moi. La grotte dans laquelle nous allons est immense (4km de long) mais notre parcours ne fait que 200m. Armés de nos casques et lampes frontales, nous passons 1h30 très sportive à escalader, descendre (de façon plus ou moins contrôlé), glisser et rigoler quand Thomas a perdu son pantalon en rampant dans le passage le plus étriqué du parcours, celui du serpent qu’on ne recommande pas aux claustrophobes. Malgré la fatigue, nous clôturons cette super journée avec de très bons souvenirs.

Le lendemain, nous reprenons le mini-van infernal pour les 5h de retour jusqu’à Cochabamba puis nous enchaînons avec un bus de nuit pour rejoindre La Paz.

La Paz et le Huayna Potosi

Arrivés à la Paz, nous partons à la découverte du centre-ville. Malgré le fait que ce soit une grande ville, c’est tout de même agréable de se promener dans ces rues. Il y a beaucoup de quartiers et de lieux intéressants. Nous allons voir le grand marché de La Paz qui se répartit sur plusieurs rues, chaque rue étant destinée à un type de produits. Il y a donc la partie touristique avec les indispensables du bon touriste qui consomme (habits en laine d’alpaga, produits dérivés de coca, …) mais je ne critique pas car j’ai cédé aussi. Il y aussi la rue des textiles, des chaussures, des pâtes, du bricolage, … On peut vraiment trouver de tout dans ce marché. Pierre profite de ce moment pour faire le tour des agences proposant une sortie au Huayna Potosi, qui est le plus grand volcan du coin avec ses 6088m d’altitude. Pour ceux que ça intéresse, il raconte la rude ascension de son sommet dans cet article.

Pendant que Pierre souffre en altitude, j’en profite pour continuer mes visites avec le marché central (où l’on peut manger d’énormes glaces aux fruits et des sandwichs à l’avocat pour quelques BOB), la basilique San Francisco et la place Murillo.

Pierre enfin redescendu de sa montagne et ayant un peu dormi pour récupérer de sa nuit blanche sportive, nous reprenons la route pour notre dernière destination en Bolivie : le lac Titicaca.

Copacabana et Titicaca

Nous rejoignons la ville de Copacabana, bien différente de son homologue brésilienne car ici il n’y a pas de reines de beauté en maillots de bain ou d’Apollons bodybuildés. En revanche, on y trouve de très nombreuses agences qui proposent des tours en bateau sur le lac pour rejoindre les îles du soleil et de la lune. Nous partons donc en excursion sur l’île du soleil pour quelques heures, l’île est belle, les gens sont gentils et nous pouvons enfin dire que nous avons fait du bateau sur le plus haut lac navigable du monde.

Le temps passe décidément très vite quand on s’amuse et nous voici au terme de notre séjour en Bolivie. Nous réalisons petit à petit que la fin du voyage s’approche car nous en sommes déjà à notre 8ème mois de voyage et notre 10ème pays. Le prochain pays sur notre route du sud au nord est donc le Pérou pour lequel nous avons beaucoup d’attentes.

share